Tutoriel : Pose longue sur l'eau

On parle de pose longue lorsque les sujet en mouvement vont se « flouter ». Par exemple l’eau aura un rendu « vaporeux » ou les nuages formeront des traînées… En termes de temps de pose, cela peut donc aller de moins d’une seconde à plusieurs minutes…

 

Le rendu sur l’eau :

Lorsqu’on veut faire une pose longue sur l’eau, la 1er question que l’on va se poser est : Quel va être le temps de pose pour avoir le rendu souhaité ? En effet, le rendu de l’eau va dépendre du temps de pose et aussi de la force du courant.

Pour illustrer cela, voici une même photo avec différents temps de pose :

On constate bien les différences de rendu de l’eau. On voit aussi qu’entre 30sec et 4 minutes, le rendu n’a pas beaucoup changé. Sur un torrent pour moi il est inutile d’aller au-delà de 30sec (C’est moins vrai sur l’océan)… Après c’est à chacun de choisir en fonction du résultat qu’il désire…

 

Le matériel :

  • Votre appareil photo !!
  • Un trépied qui vous évitera les flous de bougé. On peut faire sans en posant son appareil sur un rocher, mais cela limite vite les possibilités de composition.
  • Une télécommande, toujours pour éviter les flous de bougé. On peut aussi faire avec le retardateur.
  • Un filtre polarisant va permettre d’éliminer les reflets sur l’eau et donc de pouvoir avoir le fond de la rivière sur ses photos. J’aime bien voir les cailloux du fond, car cela apporte de la matière et de la profondeur de champ. De plus il nous permet de gagner 2 diaph et donc de rallonger le temps de pose.
  • Des filtres ND neutre qui vont permettre de rallonger les temps de pose. Personnellement, j’utilise un ND8 (3 diaphs) et un Big stopper (10 diaphs). Et c’est le ND8 qui m’est le plus utile…
  • Une montre, ou un chronomètre peuvent être utiles lorsqu’on dépasse les 30sec (souvent le max gérer automatiquement par l’appareil) de pose.
  • Votre appareil photo !!

La prise de vue :

J’aime bien faire mes photos de poses longues lors de journées où le ciel est voilé. Pourquoi ? Car cela va limiter les forts contrastes entre le blanc des remous et l’ombre des arbres ou des rochers.

Pour la composition, c’est chacun fait comme il veut, les règles de la photo sont toujours les même. On peut la jouer graphique en se concentrant sur un remous, un filet d’eau ou la jouer paysagiste en voyant de façon plus large…. Bref c’est à votre imagination de travailler !!

Une vision plutôt graphique :

Une vision plus large :

Au niveau technique, on met l’appareil sur son trépied, on fixe le polarisant et si nécessaire un filtre ND. Pour éviter les flous de bougé et avoir un maximum de qualité, utilisez le retardateur ou la télécommande, et si vous avez le relevage du miroir utilisez le aussi.

Avec le ND8, on peut garder ses habitudes en laissant l’autofocus et en laissant faire la matricielle de l’appareil. Avec le ND1000 (Big stopper, nd400, etc) cela va poser d’autres problèmes. En effet celui-ci est tellement sombre que l’autofocus ne parvient pas à faire la mise au point et la mesure de lumière est complètement perdue. Avant de mettre le filtre, il va donc falloir faire sa mise au point, mesurer la lumière sans le filtre et rajouter les 10 diaphs pour avoir la bonne mesure. Il existe de nombreuses applications sur smartphone pour vous aider à faire vos calculs.

Les appareils modernes sont en général limités à 30sec de pose. Si on veut aller au-delà il faut passer en pose B ou « bulb » (après les 30sec en mode M) chez Nikon. Dans ce mode c’est le photographe qui va ouvrir et fermer l’obturateur. Il faut une télécommande permettant de laisser bloquer l’obturateur en position ouverte et une montre pour gérer le temps de pose à la place de l’appareil. Cela peut paraître difficile à gérer, mais c’est en fait très facile !! Et là on peut aller très loin dans les temps de pose….

240sec de temps de pose :